La loi controversée d’indemnisation de 1849

Titre complet: Le fanatisme extravagant de la faction ultra-tory de Montréal exposé au grand jour. La loi controversée d’indemnisation de 1849**

Résumé

L’omission dans Montréal capitale (2021) de la référence aux abus présumés des brigades volontaires et de l’armée en 1837 et 1838 entraîne, dans l’examen de la loi d’indemnisation de 1849 et ses suites, une déficience majeure quant aux causes de la destruction par les émeutiers du Parlement canadien. Une mise en contexte adéquate requiert un retour critique sur les futurs possibles de la décennie 1830 au Bas-Canada (Québec). Le loyalisme à tout crin dont se réclamaient les officiers des brigades volontaires a longtemps jeté dans l’ombre leur programme politique et les intérêts privés bien compris qu’ils défendaient. L’examen croisé de leurs doléances dans le Montreal Herald, la dépêche du 9 août 1838 du Haut-Commissaire Durham et le Rapport de 1839 apporte des nuances importantes quant à leur « loyalisme exclusif » et la nature même de leur engagement aux côtés de l’armée dans la répression musclée des deux soulèvements de 1837 et 1838 dans le district de Montréal. Une réflexion plus approfondie s’impose sur le rôle occulté, mais décisif de la violence dans la fondation des institutions politiques de l’État libéral canadien.

Accès abonné

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment